Catégories
Route

Le Bretagne Ladies Tour est annulé

Quelle déception ! Prévu en juin et reporté à la fin octobre, le Bretagne Ladies Tour Ceratizit (28 octobre-1er novembre) a été annulé sur décision préfectorale. le Comité d’organisation de l’épreuve a pris acte de cette décision cruelle pour le cyclisme féminin. 

C’est une saison cycliste très particulière que l’on vit en ce moment. Depuis mars, de nombreuses courses avaient été reportées ou annulées en raison de la crise sanitaire qui touchait la France et l’Europe. Fin juillet, une lueur d’espoir était apparue avec la publication d’un nouveau calendrier cycliste pour cette saison 2020. Et puis patatras… La Covid-19 a fait son grand retour en France.

Première victime, le Paris-Roubaix, programmé le 25 octobre, n’aura pas lieu. Trois jours plus tard, le Bretagne Ladies Tour Ceratizit devait s’élancer de Sarzeau. Malheureusement, le couperet est tombé ce vendredi soir. Sur décision préfectorale liée à la situation sanitaire actuelle , l’épreuve bretonne n’aura finalement pas lieu.

Beaucoup de déception pour les organisateurs

« Circonspect et déçu, le Comité d’organisation de l’épreuve prend acte de cette décision cruelle pour le cyclisme féminin, alors que d’autres événements et disciplines sportives peuvent continuer leurs activités », peut-on lire dans le communiqué publié par la direction du Bretagne Ladies Tour.

 On peut comprendre leur déception ! « Depuis plusieurs mois, nous travaillons d’arrache-pied et en étroite collaboration avec les équipes, les villes, nos partenaires et les institutions pour que le Bretagne Ladies Tour Ceratizit traverse travers notre sublime région Bretagne tout en respectant les gestes barrières et en protégeant les participantes, les suiveurs et les spectateurs »,rappelait les organisateurs.

Le Bretagne Ladies Tour, un rayon de soleil dans ce quotidien anxiogène

Prévue tout d’abord du 20 au 24 mai, l’épreuve avait été reprogrammée du 28 octobre au 1er novembre. 17 formations, dont cinq équipes World Tour, étaient attendues au départ de cette édition 2020 du Bretagne Ladies Tour. Les organisateurs se faisaient une joie de nous faire découvrir cette belle région de la Bretagne à travers Sarzeau, Colpo, Loudéac, Pontivy, Locronan, Quimperlé, Inzinzac-Lochrist, Cesson-Sévigné et Vitré.

« Nous souhaitions que cet événement marque un élan de dynamisme et de bonheur, qu’il soit un rayon de soleil dans ce quotidien anxiogène. L’investissement de toute une équipe de bénévoles est malheureusement réduit à néant, quelques jours seulement avant l’épreuve », précisait le comité d’organisation. Rendez-vous en 202& pour connaître celle qui succédera à Audrey Cordon-Ragot au palmarès du Bretagne Ladies Tour Cerratizit.

Catégories
Route

Maëlle,Grossetête : « C’est aussi notre rôle de montrer l’exemple »

Interview. Depuis plus d’une semaine, Maëlle Grossetête est confinée comme l’ensemble des Français. Plus de sortie à vélo pour la sociétaire de la formation FDJ-Nouvelle-Aquitaine-Futuroscope jusqu’à nouvel ordre. Le temps peut alors paraître interminable pour une athlète de haut niveau. Il faut réussir à combler ces longues journées. Maëlle jongle entre entraînement sur le home-trainer et exercice de renforcement musculaire pour rester en forme. Elle vous livre également quelques conseils pour pratiquer une activité physique durant cette période de confinement. Car à la sortie de cette crise sanitaire, Maëlle et ses copines de la FDJ retrouveront le chemin de la compétition, le plus tôt possible…

Maëlle, après une semaine de confinement, comment allez-vous physiquement ?
Avec mon entraîneur, Flavien Soenen, nous avons décidé de profiter de la première semaine de confinement pour effectuer une coupure. C’était un bon moment pour se déconnecter mentalement et profiter des choses simples à la maison. Physiquement, on peut être en forme ou non, mais au fond qu’est-ce que ça change ? (Sourire)

Comment vivez-vous le fait de ne pas pouvoir sortir en plein air ?
Je suis plutôt hyper active et pas casanière, ce n’est pas facile. Je ne me plains pas car j’ai la chance d’avoir un jardin et une terrasse face au Mont-Blanc. Le risque zéro n’existe pas, on se doit alors de respecter les directives du gouvernement. C’est aussi notre rôle de montrer l’exemple.

Comment jugez-vous l’initiative de la FFC concernant le programme Rouler Chez Vous ?
C’est une superbe initiative ! La Fédération française de cyclisme (FFC) est très active sur les réseaux sociaux. Elle propose des programmes variés en fonction du niveau de chacun, avec des séances structurées pour réaliser du travail de qualité. Je ne suis pas une grande adepte du home-trainer mais avec des exercices bien définis, le temps passe plus vite. Cela permet même de se donner des objectifs à atteindre.

>« J’ai besoin de mettre en place une routine afin de conserver une certaine hygiène de vie. »

Quel est votre programme durant cette période de confinement ?
Il est difficile de parler de programme car on ne peut rien prévoir à l’heure actuelle. Grâce à l’équipe, nous pouvons bénéficier d’un abonnement à Zwift pour rendre plus ludique les séances sur home-trainer. Personnellement, j’en profite pour travailler en renforcement afin de corriger mes petits déséquilibres musculaires entre chaque jambes. Sinon, nous restons sans cesse en contact entre coureurs et avec le staff. C’est quelque chose d’important en ce moment.

Quel est votre journée type ?
Me concernant, j’ai besoin de mettre en place une routine afin de conserver une certaine hygiène de vie. Pas de réveil car je ne suis pas une très grande dormeuse, petit-déjeuner et c’est parti. Une, deux ou trois séances de sport réparties dans la journée avec du home-trainer et du renforcement musculaire. Je consacre également une partie de la journée à mes études avec des cours en visioconférence. Je m’occupe aussi avec des projets personnels, des jeux de cartes en famille, des films… Puis en soirée, une petite séance de stretching avec de la relaxation, ce qui me permet de se concentrer sur soi-même.

Dans cette période de confinement, quels conseils pourriez-vous donner à tous les amateurs de cyclisme afin de pratiquer une activité physique ?
Home-trainer, PPG, stretching, yoga, méditation. En étant un peu créatif, il est possible de faire des séances variées et ludiques en renforcement musculaire, même sans matériel. Il est utile de travailler cet aspect, parfois négligé, qui joue une grande différence, une fois sur le vélo. Le home-trainer est un super outil mais il faut tout de même faire attention. Il ne faut pas abuser sur la durée et sur l’intensité car le corps peut ne pas très bien réagir. Du coup, n’oubliez pas de vous hydrater correctement avant, pendant et après l’effort car on perd beaucoup d’eau et de sels minéraux.

Maëlle Grossetête en plein entraînement durant cette période de confinement (Crédit photo : Maëlle Grossetête)

>« Il est impossible d’avoir une date de reprise pour le moment. »

Comment voyez-vous les prochaines semaines ?
Ce sera long ! Il faudra être patient ! En tant que sportif, on aime avoir un but, savoir pourquoi on s’entraîne.C’est ce qui nous tire vers le haut chaque matin. Là, nous sommes dans le flou complet mais le cyclisme passe au second plan. Ce n’est rien par rapport à cette crise sanitaire. Il faut rester unis et appliquer les consignes pour pouvoir revivre tous ses bons moments sur le vélo.

Espérez-vous retrouver le chemin de la compétition assez rapidement. Comment allez-vous l’appréhender après autant de semaines sans avoir roulé ?
Il est impossible d’avoir une date de reprise pour le moment. Bien sûr, j’aimerais que ce soit le plus tôt possible car les courses sont notre essence ou la récompense du travail bien fait à l’entraînement. Quand on parlera de date de reprise, ce sera signe que la situation sanitaire s’est améliorée et stabilisée. Ce sera une grande victoire pour tout le monde. À partir de là, on pourra se projeter, se focaliser sur de nouveaux objectifs, avec un plan d’entraînement mieux défini… Pour le moment, on va entretenir une pseudo-forme.

Catégories
Route

Le soulagement d’Audrey Cordon-Ragot

On attendait cette décision avec impatience ! La nouvelle est tombée ce mardi, le Comité international olympique (CIO), a officialisé le report des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo à l’année prochaine. C’est une sage décision car en cette période de crise sanitaire mondiale, le sport passe au second plan. Désormais, les athlètes auront plus de temps pour se consacrer à leurs proches, et ensuite se focaliser sur leur préparation pour les Jeux.

Depuis le début de la crise sanitaire que traverse le monde actuellement, tous les événements sportifs ont été annulés Le Championnat d’Europe de football a été reporté à 2021. De son côté, la Ligue des champions et la Ligue Europa ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre. Et les autres fédérations ont suivi le pas. On s’attendait alors que les Jeux Olympiques de Tokyo, qui devaient se dérouler du 24 juillet au 9 août, fassent de même.

Apparemment, ce n’était pas de l’avis du Comité internationale olympique (CIO) ! Dans un communiqué daté du 18 mars dernier, l’instance internationale avait demande « aux athlètes doivent continuer à se préparer du mieux qu’ils le peuvent ». Une inconscience à l’heure actuelle puisque la plupart des sportifs sont confinés chez eux. Par conséquent, des nations, comme le Canada, l’Australie, la Norvège, et potentiellement la Grande-Bretagne, avaient l’intention de boycotter les Jeux. Finalement, le Japon et le CIO ont annoncé, ce mardi, le report ldes JO de Tokyo à l’année prochaine.

« C’est une sage décision, salue Audrey Cordon-Ragot, à nos confrères de Ouest France. Il fallait en prendre une rapidement parce qu’on entre dans notre deuxième semaine de confinement en France. » Depuis le 17 mars à midi, la France est en phase de confinement, et les sportives ne peuvent plus faire de sortie à vélo en plein air.

« Les possibilités de s’entraîner sont quasiment nulles. On fait ce qu’on peut, mais on n’est pas logé à la même enseigne par rapport à certains pays où il est possible de rouler à l’extérieur »,raconte-elle. Ce qui n’est pas le cas en France. Par conséquent, il y aurait eu une certaine inégalité entre les différents pays si les Jeux avaient été maintenus. Ce report permet ainsi de remettre tout le monde sur un pied d’égalité.

Dorénavant, les sportifs auront un an de plus pour se préparer, et ainsi pouvoir décrocher le meilleur résultat possible au Japon. Pour Audrey Cordon-Ragot, cela lui permettra de terminer peut-être sa carrière sur un très belle note à Tokyo. « J’avais prévu d’en refaire une en 2021. Elle sera d’autant plus importante car il y aura les Jeux olympiques », conclut-t-elle. Rendez-vous alors en 202&…