Catégories
Cyclo-cross

Lucinda Brand, lauréate de la Coupe du monde

Après ses trois succès consécutifs à Tabor, Namur et Dendermonde, Lucinda Brand doit se contenter de la deuxième place, ce dimanche à Hulst (Pays-Bas), juste derrière sa compatriote Denise Betsema. Un résultat qui lui assure de remporter le classement de la Coupe du monde de cyclo-cross, avant même de disputer cette dernière manche, programmée le 24 janvier à Overijse (Belgique). Maintenant, il ne lui reste plus qu’à aller décrocher le titre mondial, le 30 janvier à Ostende pour parachever une saison hivernale sur la plus belle des notes.

Lucinda Brand est finalement humaine ! Pourtant, depuis le début de la saison en cyclo-cross, la Néerlandaise semblait intouchable. La sociétaire du Team Telenet-Baloise-Lions restait sur trois succès consécutifs à Tabor, Namur et Dendermonde.

Ce dimanche à Hulst (Pays-Bas), Lucinda Brand doit se contenter de la deuxième place. Après un mauvais départ, la Néerlandaise a été battue par sa compatriote, Denise Betsema.

À la conquête de ce maillot arc-en-ciel

« Je n’ai pas connu un bon départ et j’ai dû courir derrière les événements. Denise a eu une super journée, j’ai vite su que ça allait être difficile. Je ne pouvais pas obtenir bien plus qu’une deuxième place aujourd’hui », a déclaré Lucinda Brand sur le site internet de L’avenir.net.

Un résultat qui lui assure d’ores et déjà le classement général de la Coupe du monde de cyclo-cross avant de disputer la dernière manche au programme, le 24 janvier à Overijse en Belgique.

Une semaine plus tard, à Ostende, la Néerlandaise arrivera au Mondial comme la grandissime favorite pour succéder à sa compatriote, Ceylin Alvarado, au palmarès de cette compétition. Lucinda Brand aura à coeur d’aller chercher ce maillot arc-en-ciel pour parachever une saison hivernale sur la plus belle des notes.

Le Classement :

1 Denise Betsema (NED)

2 Lucinda Brand (NED)

3 Ceylin Del Carmen Alvarado (NED)

4 Annemarie Wordt (NED)

5 Kata Blanka Vas (HUN)

6 Clara Honsinger (USA)

7 Puck Pieterse (NED)

8 Sanne Cant (BEL)

9 Manon Bakker (NED)

10 Fem Van Empel (NED)

 

Catégories
Route

Le Bretagne Ladies Tour est annulé

Quelle déception ! Prévu en juin et reporté à la fin octobre, le Bretagne Ladies Tour Ceratizit (28 octobre-1er novembre) a été annulé sur décision préfectorale. le Comité d’organisation de l’épreuve a pris acte de cette décision cruelle pour le cyclisme féminin. 

C’est une saison cycliste très particulière que l’on vit en ce moment. Depuis mars, de nombreuses courses avaient été reportées ou annulées en raison de la crise sanitaire qui touchait la France et l’Europe. Fin juillet, une lueur d’espoir était apparue avec la publication d’un nouveau calendrier cycliste pour cette saison 2020. Et puis patatras… La Covid-19 a fait son grand retour en France.

Première victime, le Paris-Roubaix, programmé le 25 octobre, n’aura pas lieu. Trois jours plus tard, le Bretagne Ladies Tour Ceratizit devait s’élancer de Sarzeau. Malheureusement, le couperet est tombé ce vendredi soir. Sur décision préfectorale liée à la situation sanitaire actuelle , l’épreuve bretonne n’aura finalement pas lieu.

Beaucoup de déception pour les organisateurs

« Circonspect et déçu, le Comité d’organisation de l’épreuve prend acte de cette décision cruelle pour le cyclisme féminin, alors que d’autres événements et disciplines sportives peuvent continuer leurs activités », peut-on lire dans le communiqué publié par la direction du Bretagne Ladies Tour.

 On peut comprendre leur déception ! « Depuis plusieurs mois, nous travaillons d’arrache-pied et en étroite collaboration avec les équipes, les villes, nos partenaires et les institutions pour que le Bretagne Ladies Tour Ceratizit traverse travers notre sublime région Bretagne tout en respectant les gestes barrières et en protégeant les participantes, les suiveurs et les spectateurs »,rappelait les organisateurs.

Le Bretagne Ladies Tour, un rayon de soleil dans ce quotidien anxiogène

Prévue tout d’abord du 20 au 24 mai, l’épreuve avait été reprogrammée du 28 octobre au 1er novembre. 17 formations, dont cinq équipes World Tour, étaient attendues au départ de cette édition 2020 du Bretagne Ladies Tour. Les organisateurs se faisaient une joie de nous faire découvrir cette belle région de la Bretagne à travers Sarzeau, Colpo, Loudéac, Pontivy, Locronan, Quimperlé, Inzinzac-Lochrist, Cesson-Sévigné et Vitré.

« Nous souhaitions que cet événement marque un élan de dynamisme et de bonheur, qu’il soit un rayon de soleil dans ce quotidien anxiogène. L’investissement de toute une équipe de bénévoles est malheureusement réduit à néant, quelques jours seulement avant l’épreuve », précisait le comité d’organisation. Rendez-vous en 202& pour connaître celle qui succédera à Audrey Cordon-Ragot au palmarès du Bretagne Ladies Tour Cerratizit.

Catégories
VTT

Yvan Clolus : « Loana Lecomte est capable de ganger le jour où on l’attend »

Quel réussite pour l’équipe de France de VTT cross-country. En Autriche, les Françaises ont raflé le titre mondial chez les élites avec Pauline Ferrand-Prévot et chez les e spoirs grâce à Loana Lecomte. La petite déception vient sans doute des juniors qui échouent au pied du podium. Sans oublier la consécration sur le relais. De bon augure à quelques jours des Championnats d’Europe mais surtout très encourageant à quelques mois des Jeux Olympiques de Tokyo.

L’équipe de de France voit la vie en arc-en-ciel ! De retour des Championnats du monde de VTT avec six titres mondiaux, deux médailles d’argent et quatre en bronze dans les valises, le sélectionneur national, Yvan Clolus, peut avoir le sourire aux lèvres après une telle moisson pour le clan tricolore.

« Depuis que l’on connait le lieu et la date de ce Mondial autrichien, on a préparé au mieux ce rendez-vous international. Cela faisait longtemps que tout ne s’était pas aligné comme cela pour l’équipe de France. Cela vient récompenser tout le travail de nos athlètes. On repart heureux de Leogang », nous a confié le sélectionneur national du VTT, Yvan Clolus.

Il faut remonter à 1998 à Mont-Saint-Anne (Canada) et à 2008 aux Gets pour trouver trace d’une telle moisson pour le clan français. Car le niveau international est de plus en plus élevé chaque année. Les Tricolores ont réalisé à Leogang une performance de haute volée. Et les résultats obtenus en Autriche viennent récompenser tous les sacrifices consenties cette année si particulière pour les athlètes.

Pauline Ferrand-Prévot montre la voie

Parmi ces bons résultats, on pense évidemment à Pauline Ferrand-Prévot. La championne du monde en titre, qui n’avait pas pris part au relais par équipes victorieux en Autriche en milieu de semaine, a conservé sa couronne mondiale chez les élites. « PFP » avait tout mis en oeuvre pour être prête le jour j.

« Pauline (Ferrand-Prévot) a eu le réflexe, avec son entraîneur personnel, de mettre la pédale douce dès sa reprise des compétitions en août dernier. Il fallait qu’elle soit à son pic de forme au mois d’octobre. Elle a une certaine maturité désormais. Là ou d’autres adversaires ont été un peu perturbées par le contexte actuel », analysait-il.

Certaines nations ont été davantage touchées par la pandémie mondiale que d’autres. Du côté tricolore, les Françaises étaient au rendez-vous. Le circuit autrichien ressemblait à l’univers du cyclo-cross. Un avantage notable pour Pauline Ferrand-Prévot à l’heure de décrocher son troisième titre mondial..

Loana Lecomte au firmament 

De son côté, Loana Lecomte a décroché son premier maillot arc-en-ciel dans la catégorie espoirs. Une belle surprise pour le clan tricolore. Pas si sûre… « Pour nous, ce n’est pas une surprise de la voir à un tel niveau. Depuis deux-trois ans, on constate une évolution. Physiquement, elle a passé un cap. Athlétiquement parlant, elle avait rencontré des difficultés par le passé. Au niveau technique, Loana est l’une des deux ou trois meilleures mondiales chez les élites. Elle vient du ski alpin et adore la vitesse. Elle s’engage toujours. Elle nous impressionne tout de même. C’est une athlète très pressée »,, soulignait-il/

Pressée, c’est une évidence car Loana Lecompte aime quand cela va vite. Précoce, c’est une certitude car la Haut-Savoyarde vient de remporter sa première manche de Coupe du monde, à seulement 21 ans. Elle arrivait donc en Autriche avec un statut de favorite. À Leogang, on s’attendait à vivre un duel au sommet entre la Française et l’Autrichienne Laura Stigger. Malheureusement, la régionale de l’étape déclarait forfait, quelques heures avant la course espoirs. Par conséquent, Lecomte allait devoir changer son fusil d’épaule pour aller chercher ce titre mondial.

« En l’absence de Laura Stigger, Loana a dû changer de tactique, et ainsi assumer tout le pods de la course sur ses jeunes épaules. On lui a alors demandé de partir très vite et de dérouler comme elle sait le faire. Elle a montré que c’était une grande championne et qu’elle était capable gagner le jour où on l’attend », précisait son sélectionneur national. Maintenant, le plus dur reste à venir pour Loana Lecomte. Dès la semaine prochaine en Suisse, la Haut-Savoyarde pourrait bien conclure sa saison en apothéose avec le titre européen à la clé.

Une pointe de déception pour les juniors

La fête aurait pu être encore plus belle si les juniors avaient décroché une médaille sur l’épreuve individuelle. Malheureusement, Olivia Onesti et Line Burquier ont terminé respectivement à la quatrième place pour l’une et au cinquième rang pour la seconde. C’était un peu décevant pour des jeunes filles qui avaient le potentiel pour monter sur le podium de ce Mondial autrichien.

« Il y a une petite déception chez les juniors. La médaille est envisageable si on prend un bon départ. Lorsque l’on ne le fait pas, on le paie cash derrière », notait Yvan Clolus. Les petites bleues auront quelques jours pour se remettre de cette contre-performance. En Suisse, aux Championnats d’Europe, les Tricolores tenteront de se racheter sur la scène continentale. Ensuite, les filles pourront penser à l’année prochaine.

En route pour les Jeux de Tokyo

Bien évidemment, le staff de l’équipe de France a déjà les Jeux olympiques de Tokyo dans un coin de leur tête. À l’été prochain, le circuit japonais sera très technique et très chaud. Avec nos deux championnes du monde, la France sera ultra favorite à Tokyo.

« On peut dire que l’on tient l’ossature de notre équipe de France VTT cross-country pour nous représenter aux Jeux olympiques de Tokyo. Pauline a montré qu’elle savait gagner le jour j. Loana Lecomte a prouvé également qu’elle savait s’imposer au plus haut niveau. Avec ces deux filles-là, on va aux Jeux pour décrocher le titre olympique », avouait le sélectionneur de l’équipe de France de VTT. On verra si sa prophétie se réalisé l’été prochain au Japon.