Catégories
Route

Le Bretagne Ladies Tour est annulé

Quelle déception ! Prévu en juin et reporté à la fin octobre, le Bretagne Ladies Tour Ceratizit (28 octobre-1er novembre) a été annulé sur décision préfectorale. le Comité d’organisation de l’épreuve a pris acte de cette décision cruelle pour le cyclisme féminin. 

C’est une saison cycliste très particulière que l’on vit en ce moment. Depuis mars, de nombreuses courses avaient été reportées ou annulées en raison de la crise sanitaire qui touchait la France et l’Europe. Fin juillet, une lueur d’espoir était apparue avec la publication d’un nouveau calendrier cycliste pour cette saison 2020. Et puis patatras… La Covid-19 a fait son grand retour en France.

Première victime, le Paris-Roubaix, programmé le 25 octobre, n’aura pas lieu. Trois jours plus tard, le Bretagne Ladies Tour Ceratizit devait s’élancer de Sarzeau. Malheureusement, le couperet est tombé ce vendredi soir. Sur décision préfectorale liée à la situation sanitaire actuelle , l’épreuve bretonne n’aura finalement pas lieu.

Beaucoup de déception pour les organisateurs

« Circonspect et déçu, le Comité d’organisation de l’épreuve prend acte de cette décision cruelle pour le cyclisme féminin, alors que d’autres événements et disciplines sportives peuvent continuer leurs activités », peut-on lire dans le communiqué publié par la direction du Bretagne Ladies Tour.

 On peut comprendre leur déception ! « Depuis plusieurs mois, nous travaillons d’arrache-pied et en étroite collaboration avec les équipes, les villes, nos partenaires et les institutions pour que le Bretagne Ladies Tour Ceratizit traverse travers notre sublime région Bretagne tout en respectant les gestes barrières et en protégeant les participantes, les suiveurs et les spectateurs »,rappelait les organisateurs.

Le Bretagne Ladies Tour, un rayon de soleil dans ce quotidien anxiogène

Prévue tout d’abord du 20 au 24 mai, l’épreuve avait été reprogrammée du 28 octobre au 1er novembre. 17 formations, dont cinq équipes World Tour, étaient attendues au départ de cette édition 2020 du Bretagne Ladies Tour. Les organisateurs se faisaient une joie de nous faire découvrir cette belle région de la Bretagne à travers Sarzeau, Colpo, Loudéac, Pontivy, Locronan, Quimperlé, Inzinzac-Lochrist, Cesson-Sévigné et Vitré.

« Nous souhaitions que cet événement marque un élan de dynamisme et de bonheur, qu’il soit un rayon de soleil dans ce quotidien anxiogène. L’investissement de toute une équipe de bénévoles est malheureusement réduit à néant, quelques jours seulement avant l’épreuve », précisait le comité d’organisation. Rendez-vous en 202& pour connaître celle qui succédera à Audrey Cordon-Ragot au palmarès du Bretagne Ladies Tour Cerratizit.

Catégories
Cyclisme pour Tous Route

Un tour sur les Champs avec Laure Girard

Ce dimanche 20 septembre, quelques cyclistes ont eu le privilè!ge de participer à la randonnée « Les Champs pour Elles », prévue en début d’après-midi sur les Champs-Élysées, juste avant l’arrivée du Tou de France. Retour sur ce beau moment avec Laure Girard, ambassadrice pour la Fédération française de cyclisme (FFC).

Publiée par Mathilde Dupre sur Dimanche 20 septembre 2020

Les filles avaient les Champs rien que pour elles ! Moment rare puisque par exemple, celles qui gèrent le projet de Donnons des Elles au Vélo doivent se faufiler dans la circulation.

Ce dimanche 20 septembre, quelques cyclistes ont eu la chance de courir sur le circuit final de la dernière étape du Tour de France, quelques heures avant l’arrivé des hommes.

Laure Girard, qui est Ambassadrice de la Fédération française de cyclisme (FFC) pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, revient sur cette belle journée à Paris.

Une belle promenade sur les Champs-Élysées pour Laure Girard et ses copines (Crédit photo : Nicolas Vaucouleur-Photographies)

« Nous étions quelques privilégiées dont la team des ambassadrices à être invitées par la FFC et la FDJ à faire un tour sur les Champs-Elysées avant l’arrivée des coureurs du Tour de France », nous racontait-elle.

Avant de poursuivre. « Juste avant le départ, un casque FDJ a été offert à chaque participante. C’est donc sur une route complètement coupée à la circulatio et avec une voiture ouvreuse que nous avancions sur cette route pavée ! Un tour magique, avec plusieurs arrêts photos pour garder en souvenir cette journée incroyable ».

Un bon moment passé sur les Champs-Élysées (Crédit photo : Nicolas Vaucouleur-Photographies)

Une fois passé la ligne d’arrivée, Laure Girard et ses copines se rendaient en tribune V.I.P pour suivre l’arrivée du Tour de France sur les Champs-Élysées. Derrière, les filles n’auront pa spu voir la victoire de Sam Benett et le podium final puisqu’elles devaient reprendre leur train pour rentrer chez elles. Un week-end inoubliable pour Laure Girard et ses collègues ambassadrices de la FFC.

Catégories
Route

 Sandra Lévénez : « Je ne viens pas en équipe de France pour faire de la figuration»

Interview.. Deuxième sur la Périgord Ladies, quatrième sur le contre-la-montre des Championnats de France à Grand-Champ, et une cinquième place au général du Tour de l’Ardèche, Sandra Lévénez a le bonheur d’honorer sa première sélection en équipe de France, à l’occasion de la course en ligne des Championnats du monde qui auront lieu, ce samedi à Imola (Italie). Bien évidemment, la sociétaire de la formation Arkea Pro Cycling Team aura à coeur de bien faire sur cette épreuve. Et pourquoi pas de suivre les meilleures mondiales lorsque la course se décanter.a..

Sandra, comment avez-vous appris votre sélection en équipe de France pour les Championnats du monde à Imola ?

C’est officiel depuis quelques jours ! Cela s’est fait en plusieurs étapes. Tout d’abord, le sélectionneur de l’équipe de France, Paul Brousse, m’a appelée juste avant le départ pour le Tour de l’Ardèche pour voir dans quel état d’esprit je pouvais être. Je savais qu’il aurait un oeil attentif sur mes performances, à l’occasion de cette épreuve par étapes. Je devais alors me montrer sous mon meilleur jour lors des étapes de montagne sur ce Tour de l’Ardèche. J’ai ainsi pu faire étalage de toutes mes qualités de grimpeuse sur ces courses. Durant la compétition, Paul Brousse m’a rappelée pour me confirmer ma sélection avec les Bleues pour les Mondiaux d’Imola. C’est une belle satisfaction ! Maintenant, je ne viens pas en équipe de France pour faire de la figuration.

Qu’est-ce que cela représente pour vous de porter ce maillot bleu-blanc-rouge ?

Qu’est-ce-que cela représente pour moi… C’est quelque chose d’exceptionnel. Pour ma première année dans le milieu du cyclisme, je partais de très loin. Je devais faire mes preuves sur les différents courses. Et depuis, le début de la saison, c’est plutôt cohérent…

Selon vous, vos bons résultats en 2020 ont-ils plaidé en votre faveur ?

Oui, je le pense. Tout d’abord, il y a eu ma seconde place sur la Perigord Ladies. Ensuite, j’ai terminé quatrième du contre-la-montre des Championnats de France à Grand-Champ. Et enfin, j’ai terminé cinquième du classement général du Tour de l’Ardèche. Cela prouve que j’ai été régulière tout au long de cette saison. Par ailleurs, le circuit des Mondiaux à Imola reste très difficile, avec un dénivelé positif important. Tous ces éléments ont alors plaidé en ma faveur pour valider ma sélection en équipe nationale.

« J’aurais à coeur de répondre aux attentes du sélectionneur national »

Comment allez-vous aborder vos premiers Championnats du monde de cyclisme sur route ?

Avec beaucoup d’envie ! Vous savez, j’ai l’habitude de bien préparer les courses d’un jour. Bien évidemment, il y aura une part d’inconnu car je vais évoluer dans un environnement que je ne maîtrise pas. Les choses vont vite s’enchaîner. Je suis vraiment impatiente d’y être.

Le parcours italien pourrait-il vous convenir ?

Il est certain que je grimpe bien. Vous savez, les meilleures cyclistes mondiales seront présentes sur cette course en ligne. Tout le monde va alors grimper fort et vite. Pour ma part, j’aurais à coeur de répondre aux attentes du sélectionneur national.

Quel sera votre rôle au sein de l’équipe de France ?

Pour l’instant, j’en ai aucune idée. Je ne sais pas encore ce que l’on va me demander de faire sur cette course. Une chose est certaine, j’aurais un rôle d’équipière pour protéger Evita (Muzix) et Juliette (Labous). Car ces dernières ont terminé le Tour d’Italie par une victoire pour l’une et une troisième place pour l’autre.

Quelles sont vos attentes sur ce Mondial ?

À partir du moment où le sélectionneur national m’aura donné un objectif précis, je serai capable de le remplir. Si je dois rouler dans la première partie de course pour permettre à mes leaders de suivre les bons coups dans le final, je le ferai sans sourciller. On verra bien quelles seront les consignes, samedi sur la course en ligne. L’objectif sera de réaliser une belle performance collective. Pour moi, c’est différent car en duathlon, j’étais dans une démarche individuelle. Là, je serai au service d’un collectif…

« Les Hollandaises restent la plus grosse nation du cyclisme féminin »

Les Néerlandaises restent-elles les grandissimes favorites sur ce Mondial ?

Le contingent néerlandais est très dense et le danger viendra de partout. Maintenant, on attend de voir si Annemiek Van Vleuten va prendre le départ de cette course en ligne. Elle se laisse encore quelques jours avant de prendre sa décision. Sans elle, les Hollandaises restent la plus grosse nation du cyclisme féminin.

D’autres rivales seront-elles à suivre sur ce difficile parcours italien ?

Bien évidemment, on pense à Elisa Longo Borghini, Lizzie Deignan, Katarzyna Niewiadoma, Cécilie Uttrup-Ludwig, Mavi Garcia. Vous voyez, de nombreuses filles peuvent alors s’imposr sur un tel parcours. Cela montre à quoi on va s’attendre samedi. De notre côté, il faudra manoeuvrer à merveille pour peser sur cette course.

Audrey Cordon-Rgot ou vous-même pourrait tirer votre épingle du jeu ?

Il ne faudra avoir aucun complexe. Certes, il y aura de grandes nations du cyclisme mondial sur cette compétition. Mais il faudra aussi compter sur l’équipe de France. Même si les résultats internationaux ne plaident pas en notre faveur, tout reste possible sur une course d’un jour.

« Cette sélection en équipe de France est une étape dans  ma marge de progression »

Cette sélection va-t-elle vous permettre de franchir un cap dans votre progression ?

Cela valide tout mon investissement dans le vélo depuis le début de l’année. C’est assez encourageant. Cette sélection en équipe de France est une étape dans ma marge de progression. Avant, j’ai obtenu des places d’honneur avec mon équipe d’Arkéa Pro Cycling Team. Après, il faudra réussir à les gagner…

Quel sera votre programme sur fin de saison ?

Le 30 septembre prochain, je serai sur La Flèche-Wallonne avec toute l’équipe Arkéa Pro Cycling Team. Ensuite, le 4 octobre, nous serons sur Liège-Bastogne-Liège.Pour Paris-Roubaix, on est dans l’attente d’une invitation. Si l’équipe est présente sur cette épreuve, moi, je n’y serai pas car je n’aime pas les pavés. Ma saison se terminera sur le Bretagne Ladies Tour, fin octobre.-début novembre.