Catégories
Route

Gladys Verhulst offre une première victoire au Team Arkéa

Gladys Verhulst a remporté, ce dimanche, sur la Sud Yvelines, sa première victoire sur la Coupe de France. La sociétaire de la formation Arkéa Pro Cycling Team a devancé au sprint les deux filles du Team Elles Pays de la Loire, Justine Gegu (2e) et Iris Sachet (3e), lauréate une semaine plus tôt à Morteau. Prochain rendez-vous, le 27 septembre prochain sur le Tour du Gévaudan Occitanie. 

Gladys Verhulst tournait autour depuis quelques années. Toujours placée mais jamais gagnante, la toute récente vice-championne de  france sur route a remédié à cela en décrochant sa première victoire en Coupe de France, ce dimanche dans les Yvelines.

« Je suis contente car je remporte cette épreuve en ayant bataillé toute la journée avec mes armes. Je gagne cette épreuve au sprint, en haut d’une bosse. Il s’agit qui plus est de ma première victoire sur une manche de Coupe de France, car jusqu’à présent je n’avais fait que des podiums sur cette compétition », a-t-elle déclaré dans un communiqué publié par l’équipe Arkea Pro Cycling Team.

Première victoire pour Arkéa Pro Cycling Team

Ce matin, au départ de Rambouillet, les 130 concurrentes ont tout mis en oeuvre pour éviter un sprint massif. Sur un parcours long de 119,8 km, où trois côtes étaient répertoriées, dont celle de  Clairefontaine-en-Yvelines (5 %), celle située sur la ligne d’arrivé à La Celle-les-Bordes (8 %), et enfin la côte de Montjoye (8 %), Marion Norbert Riberolle et Sandrine Bideau ont pris la poudre d’escampette durant de long kilomètres.

Malheureusement, les deux femmes ont été reprises par un groupe de poursuivantes dans le dernier tour d’un circuit qui en comptait cinq de 20,7km. Derrière, Gladys Verhulst offre sa première victoire à l’équipe Arkéa Pro Cycling Team. De leurs côtés, Justine Gegu et Iris Sachet permettent au Team Elles Pays de la Loire de prendre les commandes du classement général par équipes. Prochain rendez-vous, le 27 septembre sur le Tour du Gévaudan Occitanie.

Revivez l’arrivée de la Sud Yvelines : 

Le Classement :

1 Gladys Verhulst (Arkéa Pro Cycling Team)
2 Justine Gegu (Team Elles Pays de la Loire)
3 Iris Sachet (Team Elles Pays de la Loire)
4 India Grangier (Charente-Maritime Women Cycling)
5 Marie Morgane Le Deunff (Breizh Ladies)
6 Valentine Fortin (Team Femmes du Genevois)
7 Ysoline Corbineau (Team Elles Pays de la Loire)
8 Marine Strappazzon (St-Michel-Auber93)
9 Marie Gielen (VC Morteau Montbenoit)
10 Lyse Girault (Team Centre Val de Loire Féminin)

Catégories
Route

Gladys Verhulst fait briller le Team ARKEA

Championne de France espoirs en 2018 à Mantes-la-Jolie, Gladys Verhulst a décroché une belle deuxième place, juste derrière l’intouchable Audrey Cordon-Ragot, ce samedi à l’occasion de la course en ligne des Championnats de France à Grand-Champ. Pour rappel, Sandra Lévénez avait terminé au pied du podium, vendredi sur l’épreuve du contre-la-montre. Avec de si bons résultats, L’équipe Arkéa-Pro-Cycling Team a réussi leur premier France. route.

Déjà deuxième en 2018 à Mantes-la-Jolie, Gladys Verhulst a décroché une nouvelle médaille d’argent, ce samedi sur la course en ligne des Championnats de France à Grand-Champ, juste derrière l’intouchable Audrey Cordon-Ragot. Cette fois-ci sous ses couleurs de l’équipe Arkéa Pro Cycling Team.

« J’aime les courses d’un jour. Je suis contente de cette deuxième place. Audrey Cordon-Ragot était la plus forte et mérite son titre. Nous sommes une équipe jeune, mais nous étions chez nous, en Bretagne sur les terres de notre sponsor, Arkéa et notre souhait était de bien faire. Franck Renimel, notre directeur-sportif, nous avait dit la veille de la course : « nous allons courir pour le titre, un podium et rien d’autre ». Cela nous a mis un peu de pression, mais c’était bénéfique. Moi je n’étais pas leader désignée, et cela m’a libérée quelque peu. Je suis contente d’offrir cette médaille d’argent au staff, à mes coéquipières qui ont été énormes aujourd’hui, mais aussi à notre sponsor, Arkéa », a expliqué Gladys Verhulst, dans un communiqué.

Ce samedi, à Grand-Champ, la jeune équipe Arkéa Pro Cycling Team, fondée à l’hiver dernier, a joué les yeux dans les yeux avec la FDJ-Nouvelle-Aquitaine-Futuroscope. On ne s’attendait pas la voir à un tel niveau si vite. Les filles ont couru à la perfection. t dans les derniers mètres, leur travail a été récompensé par un beau podium.

Franck Renimel.: « Il s’agit d’une belle récompense pour le staff, le filles, notre sponsor Arkéa »

« Nous avons été parmi les équipes qui ont pris la course en main, et pesé sur cette dernière. Mes coureuses ont appliqué les consignes à la lettre. Typhaine a été dans la première échappée du jour avec Clara Copponi. Ensuite, il y a cette relance initiée par Audrey Cordon-Ragot, et nous avions alors en tête encore trois de nos coureuse, dont  Pauline Allin, Typhaine Laurance et Gladys Verhulst qui vient prendre une magnifique médaille d’argent. Il s’agit d’une belle récompense pour le staff, le filles, notre sponsor Arkéa qui s’est investi cet hiver en faveur du cyclisme féminin », a réagi le directeur sportif, Franck Renimel.

Le week-end a été de plus belle puisque la veille, Sandra Lévénez avait échoué au pied du podium (4e) sur l’épreuve du contre-la-montre, remportée par Juliette Labous. L’équipe Arké Pro Cycling Team peut être fière de ses premiers Championnats de France. Prochaine étape, décrocher u bon résultat sur la scène internationale pour confirmer leurs progrès entrevus en Bretagne…

Un beau week-end à Grand-Champ pour l’équipe Arkéa Pro Cycling Team (Crédit photo : Team Arkéa)
Catégories
Route

Verhulst : « C’est un aboutissement pour moi de porter ce maillot bleu-blanc-rouge »

Propos recueillis par Romain Beauvais
Interview.Depuis près d’un mois, on voyait Gladys Verhulst monter en puissance. Ce samedi à Mantes-la-Jolie, la Normande, âgée de 21 ans, a prouvé qu’elle était en forme. Déjà présente dans la première échappée avant d’être reprise, la coursière de la Division Nationale Leopard Normandie a attaqué, avec Annabelle Dreville, en haut de la dernière bosse. Finalement, Verhulst prend la deuxième place chez les élites mais s’adjuge le titre chez les espoirs. Gladys succède ainsi à Fanny Zambon au palmarès de cette compétition.
Gladys, quel sentiment prédomine-t-il après avoir décroché ce maillot bleu-blanc-rouge chez les espoirs ?
Honnêtement, j’étais ailleurs lorsque j’ai franchi la ligne d’arrivée. Je ne réalise pas ce que je viens d’accomplir. Au fil des minutes, je commence à comprendre que j’ai un maillot bleu-blanc-rouge sur les épaules.
Qu’est-ce qu’il va représenter pour vous de le porter durant toute une saison ?
C’est une énorme satisfaction pour moi. J’ai travaillé dur pour retrouver mon meilleur niveau. C’est un aboutissement pour moi de porter ce maillot bleu-blanc-rouge sur mes épaules. C’est un rêve qui devient réalité.
Cela va-t-il changer quelque chose dans votre vie ?
Avec ce maillot tricolore, je vais avoir moins de marche de manœuvre sur les prochaines manches de Coupe de France. Mes adversaires vont davantage me surveiller. Cela va être alors difficile de défendre mon maillot de leader du classement général chez les espoirs. La saison est encore longue. J’ai encore quelques courses pour montrer de quoi je suis réellement capable.
>« Je n’aime pas la chaleur. J’adore courir sous la pluie. Je ne suis pas Normande pour rien »</em>
Racontez-nous comment vous avez vécu ce Championnat de France à Mantes-la-Jolie ?
Dès les premiers kilomètres, j’ai senti que je tournais bien les jambes. Lorsque la première échappée s’est formée, je me devais d’y être. Malheureusement, on a été reprises par le peloton. Tout était à refaire. Devant la FDJ-Nouvelle-Aquitaine-Futuroscope cadenassait la course. Avec Anabelle Dreville, on a attaqué en haut de la dernière ascension pour filer toutes les deux vers la victoire finale dans les rues de Mantes-la-Jolie.
Et comment avez-vous géré cette chaleur étouffante ?
C’était difficile pour moi car je n’aime pas la chaleur. J’adore courir sous la pluie. Je ne suis pas Normande pour rien.
En étant toute seule, était-il difficile de suivre tous les coups ?
Je savais qui je devais surveiller de très près. Il y avait Juliette Labous, Lucie Jounier. Par ailleurs, lorsqu’une des favorites chez les espoirs sortaient, je devais bouger. Je ne pouvais pas me permettre de les laisser partir. Du coup, dans la première échappée, il y avait beaucoup d’espoirs avec moi. Je me disais que cela n’allait pas être simple à gérer pour moi. Au final, cela s’est joué à la pédale.
« ce titre de championne de France chez les espoirs représente b davantage qu’un maillot de leader sur la Coupe de France »
Pensez-vous décrocher ce titre alors qu’il y avait de redoutables adversaires chez les espoirs ?
Bien évidemment, je craignais Juliette Labous. Elle est professionnelle, et on ne s’entraîne pas de la même manière. Ensuite, je m’attendais à une attaque d’une des filles de la FDJ-Nouvelle-Aquitaine-Futuroscope. Au final, elles misaient tout sur Roxane Fournier pour aller chercher le titre chez les élites. Du coup, j’avais plus de facilité pour aller chercher ce maillot bleu-blanc-rouge chez les U23.
Avez-vous douté à quelques kilomètres de l’arrivée ?
Je n’arrêtais pas de me retourner pour voir où était le peloton. J’avais peur qu’il nous reprenne juste avant la ligne. Au final, cela l’a fait.
Maintenant, comment allez-vous gérer les manches de Coupe de France avec ce beau maillot sur les épaules ? Avez-vous peur de perdre votre maillot de leader du classement général chez les espoirs ?
Vous savez, ce titre de championne de France chez les espoirs représente davantage qu’un maillot de leader sur la Coupe de France. Après, on verra si j’arrive à défendre ma prmeière place chez les espoirs, cet été sur les dernières manches de la Coupe de France.
Légende photo : Gladys Verhulst (au milieu de la photo avec le maillot bleu-blanc-rouge) peut savourer son titre de championne de France espoirs (Ladies Sports)