Catégories
Route

La Course by le Tour pour Lizzie Deignan

Victorieuse mardi dernier sur le GP de Plouay, Lizzie Deignan s’est imposée au sprint sur la Promenade des Anglais, ce samedi à l’occasion de la Course by le Tour de France avec FDJ, devant les Néerlandaises Marianne Vos (CCC-Liv) et Demi Vollering (Parkhotel Valkenburg). Grâce à ce succès, la Britannique prend les commandes du classement général du World Tour féminin.

Mardi dernier, Lizzie Deignan avait remporté le GP de Plouay devant sa compatriote Elizabeth Banks. On sentait alors la championne du monde 2015 revenir à son meilleur niveau. Et puis… Jeudi, la sociétaire de la formation Trek-Segafredo a été prise dans une chute, à l’occasion de la course en ligne des Championnats d’Europe disputés à Plouay.

Lizzie Deignan s’est apparemment bien remise de ses péripéties en Bretagne. La Britannique s’est imposée au sprint sur la Promenade des Anglais, ce samedi, à l’occasion de la Course by le Tour de France avec FDJ, devant les Néerlandaises Marianne Vos et Demi Vollering.

« C’est un grand soulagement de gagner. Quelle performance fantastique de la part de l’équipe. Toutes mes équipières ont fait un boulot fantastique, à commencer par Elisa (Longo Borghini). C’est phénoménal parce que quand vous travaillez dur et que ça ne sourit pas, c’est vraiment frustrant. Aussi, quand ça sourit, c’est un vrai soulagement. C’est une victoire spéciale parce que je vis pas très loin de Nice téléphone », a-t-elle déclaré au micro de France Télévisions.

Une sélection par l’arrière

C’était surtout une journée un peu spéciale, en raison des contraintes liées à la crise sanitaire qui touche notre pays. « Ce matin, à la présentation des équipes, cela sonnait un peu creux. D’habitude, il y a beaucoup de public pour nous acclamer au départ de la Course by le Tour. On n’a pas pu en profiter. C’est dommage pour nous. Une fois en course, on ne se rend pas compte qu’il n’y a pas du monde pour nous applaudir sur le bord de la route. L’objectif était de suivre les meilleures », a réagi Aude Biannic, 16e et première tricolore sur cette course.

Sur un tempo soutenu, la première ascension de la côte de Rimiez fait des dégâts au sein du peloton. Dans la descente vers Nice, Katarzyna Niewiadoma et Elis Longo Borghini prennent distancent le groupe des favorites. Quatre autres filles vont les rejoindre. Les échappées vont compter jusqu’à cinquante secondes d’avance avant que la chasse s’organise pour rentrer sur elles avant le premier passage sur la ligne d’arrivée.

Une échappée royale

Dans ce dernier tour de ce circuit, long de 96 kilomètres, tracé autour de Nice, Annemiek Van Vleuten a décidé de prendre les choses en main dès le pied de l’ultime difficulté du jour. Dans la côte de Rimiez, la championne du monde en titre tente de partir en solitaire, comme elle sait si bien le faire. Seules Lizzie Deignan, Elisa Longo Borghini (Trek-Segafredo), Marianne Vos (CCC-Liv), Katarzyna Niewiadoma (Canyon SRAM Racing) et Demi Vollering (Parkhotel Valkenburg) parviennent à la suivre.

C’est à nouveau la Polonaise qui fait la descente en tête. Dans la plaine, les échappées collaborent ensemble car elles ne veulent pas revoir le retour du peloton. La victoire va donc se jouer entre ces six filles.

La tenante du titre, Marianne Vos, fait office de grande favorite. La Néerlandaise, qui a une bonne pointe de vitesse, devra se méfier des filles de la Trek-Segafredo. En effet, l’Italienne Elisa Longo Borghini se sacrifie pour sa coéquipière Lizzie Deignan. À quelques encablures de l’arrivée, la Britannique fait signe à l’Italienne qu’elle ne passerait plus aucun relais jusqu’au bout.

Une stratégie plutôt payante. Dans le final, certaines filles lancent leur sprint sous la flamme rouge. Marianne Vos semble en mesure d’aller chercher sa troisième victoire sur la Course by le Tour de France avec FDJ. Mais la Néerlandaise bute sur un vent de face et Lizzie Deignan trouve l’énergie nécessaire pour la battre sur le fil. Grâce à ce succès, la Britannique prend les commandes du classement général du World Tour féminin.

Revivez l’arrivée de la Course by le Tour : 

Catégories
LifeStyle Route

Bigla-Katusha devient Paule Ka

À deux doigts de quitter le monde du cyclisme, Bigla-Katusha peut désormais mieux respirer. Ce 17 juin, l’équipe suisse a officialisé l’arrivée de Paule Ka comme sponsor principal. La marque française de prêt-à-porter de luxe s’est engagée avec la formation helvétique jusqu’en 2024.

<blockquote class= »twitter-tweet »><p lang= »en » dir= »ltr »>🚨 TEAM NEWS: Paule Ka to become the main sponsor of the team until December 2024.<br><br>We are extremely pleased to announce that the emblematic independent French fashion house will officially commence with us on 1 July 2020.<br><br>Read more: <a href= »https://t.co/wa2vIUhXex »>https://t.co/wa2vIUhXex</a> <a href= »https://t.co/4wY7PHUoWy »>pic.twitter.com/4wY7PHUoWy</a></p>&mdash; Bigla – KATUSHA (@BiglaKatusha) <a href= »https://twitter.com/BiglaKatusha/status/1273140821772996609?ref_src=twsrc%5Etfw »>June 17, 2020</a></blockquote> <script async src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>

D’après ce tweet posté ce 17 juin, l’équipe Bigla-Katusha peut pousser un ouf de soulagement ! Alors qu’elle craignait disparaître du peloton féminin international, Paule Ka est venue à son secours. La marque française de prêt-à-porter de luxe devient leur sponsor principal jusqu’en 2024.

Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance. Il y a encore quelques semaines, les filles de la formation Bigla-Katusha exigeaient, dans une lettre ouverte, que leurs deux principaux sponsors  conservent leur engagement dans le peloton féminin international malgré des difficultés financières liées à la crise sanitaire. Désormais, avec l’arrivée de Paule Ka, le rêve peut continuer…

riska Doppmann Campana, : « c’est une bonne journée non seulement pour notre équipe, mais aussi pour le cyclisme féminin en général »

« Nous sommes heureux de soutenir l’équipe et ses femmes talentueuses dans leur quête de réalisations sportives. Paule Ka, en tant que marque intemporelle mais moderne, correspond à la continuité et au dynamisme de l’équipe en tant que concurrent dans le peloton », a réagi le propriétaire de la marque française de luxe, Matthias Thoma, sur le site de Yahoo Sport.

C’est donc une excellente nouvelle pour la formation suisse. « Dans l’ensemble, c’est une bonne journée non seulement pour notre équipe, mais aussi pour le cyclisme féminin en général, et nous sommes heureux que cette entreprise ouvre de nouvelles opportunités pour notre sport », a indiqué la patronne de l’équipe, Priska Doppmann Campana, sur le site officiel de la formation suisse.

Obtenir la licence World Tour en 2021

Bien évidemment, les filles auront de gros objectifs« pour cette fin de saison. « Nous recherchons une licence World Tour dès 2021, et développerons un projet de masterclass dans lequel nous pourrons continuer à développer le potentiel des athlètes qui ont suivi notre programme de développement », affirme-t-elle.

Pour rappel, l’équipe bigla avait décroché 4 victoire et 18 tops dix en l’espace de dix jours de course en 2020.Les filles espèrent poursuivre sur cette belle lancée sous leurs nouvelles couleurs…